Modèle Sudbury

Valley School

 

L’école Api prend modèle sur la Sudbury Valley School qui a ouvert ses portes en 1968 dans le Massachussetts (U.S).
La Sudbury Valley School s’est elle-même inspirée de la Summerhill School fondé par Alexander S. Neill en Angleterre il y a 100 ans (première école démocratique).
Les écoles démocratiques sont basées sur un même modèle : laisser les jeunes de tous les âges interagir entre eux, accorder à chaque membre un droit de vote égal dans toute décision prise concernant la vie de l’école et ne pas imposer le programme proposé. Les fondateurs de l’école Sudbury se sont démarqués avec un choix unique et essentiel pour leur école, un choix sans compromis : il n’y aura aucun programme proposé en amont du désir du jeune. Toute impulsion de créer et d’apprendre viendra de son initiative et de sa curiosité naturelle.

Aujourd’hui il existe 40 écoles aux Etats-Unis de type Sudbury et 70 écoles en Europe. 30 écoles démocratiques ont vu le jour en l'espace de 3 ans ces 3 dernières années. La Sudbury Valley School aux U.S. accueille à peu près 150 jeunes par an.
Que deviennent les anciens de la SVS ?
Qu’ont fait les anciens de la SVS une fois qu’ils ont quitté l’école ? Une étude compilée dans un livre qui s’intitule «The Pursuit of Happiness» nous apporte des précisions. Les études menées à ce sujet nous montrent que 82% des anciens membres de l’école démocratique de Sudbury ont choisi d’aller à l’université. L’écrasante majorité des anciens sont allés à l’université directement après avoir quitté l’école démocratique de Sudbury ou bien l’année suivante. Les jeunes ont investi une diversité de parcours professionnels égale à celle des jeunes issus d’écoles traditionnelles.
Les anciens de la SVS sont allés à l’université pour 4 raisons principales : pour travailler dans un secteur nécessitant un diplôme, avoir accès à une connaissance plus approfondie sur un sujet donné, pour le défi qu’est l’université, pour la stimulation intellectuelle.
Les diplômes et les études ne sont pas une fin en soi, les jeunes sortant de la SVS font des études parce qu’ils y trouvent un intérêt. Bien souvent, aux yeux des anciens de la SVS, les structures universitaires contrastaient avec l’environnement de la SVS car très formelles, hiérarchiques, avec des obligations rigides. Cependant dans leurs témoignages les jeunes ont acquis les moyens d’aller au bout de leur ambition grâce aux qualités développés lors de leur scolarité à la SVS comme l’auto-apprentissage, l’auto-organisation, le goût du défi, la capacité de rebondir après l’échec et d’assumer jusqu’au bout les choix qui sont les leurs. En aucun cas ces jeunes ne font preuve de fatalisme au sujet de leur vie et de leur devenir.